LIBERTE D’EXPRESSION EN DANGER

Marie Ndiaye sommée de se taire 

 

Photo : Martin Bureau/AFP

"L’idée d’un "devoir de réserve" pour les écrivains, avancée par le député UMP Eric Raoult, a été vigoureusement rejetée mercredi par des membres de l’Académie Goncourt, après la polémique sur des propos de la romancière Marie NDiaye, Prix Goncourt 2009" (Source Métro)

 _____________________________________________________________

On se croirait presque dans une dictature du Tiers-monde !

J’ai toujours cru qu’en France la liberté d’expression était de mise depuis la révolution française et plus certainement depuis la cinquième république.Il ne suffit pas de passer son temps à donner des leçons à travers le monde sur la question de la liberté de penser pour se croire à l’abri des critiques ! En d’autres mots on a crument l’impression ici que notre pays n’assume plus les préceptes de la liberté de penser qu’elle arbore à la vue de tous les dictateurs étrangers. On entend souvent la France s’indigner face au bâillonnement de la presse et les agressions faites aux intellectuels dans certains pays soupçonnés sans cesse d’être des dictatures à cause de conduites similaires. Aujourd’hui nous avons bizarrement la surprise de découvrir que finalement s’attaquer à un chef d’état quand on serait écrivain ou journaliste serait de nature tout à fait répréhensible.Finalement : l’Iran, la Chine, la Russie, le Maroc, l’Algérie, la Libye et les autres semblent avoir une conduite tout à fait standard vis-à-vis de leurs citoyens.  Dieu merci, il a été dit que nous vivions dans un pays de liberté et donc Monsieur le Député de l’UMP ferait mieux de prendre ses bagages pour s’installer ailleurs, là où le droit de s’exprimer librement ne serait pas respecté. A mon avis, il s’y sentirait bien mieux ! Je doute malgré-tout que ce monsieur ne mette à exécution cette maxime devenue célèbre : "La France vous l’aimez ou vous la quittez !". Cela signifie pour certains, mais pas pour moi bien sûr ! : (Aimez la comme elle est et taisez-vous ou partez). Marie Ndiaye semble elle,  avoir retenu cette dernière version. Dommage que Monsieur Raoult n’applique pas à lui-même cette sentence "radicale". Bien entendu il ne le fera pas,  car il tient visiblement à exercer librement sa liberté de penser et d’expression. Cela signifie tout simplement que ses élucubrations récentes sur la question de remettre à niveau les conditions d’attribution au prix Goncourt sont caduques puisque la liberté de penser qui est une de nos valeurs républicaines, il en use sans restriction pour s’indigner à sa manière. Franchement Monsieur Eric Raoult, avez-vous seulement compris que vous viviez en France ???

Alex LONY

Ce contenu a été publié dans Liberté de la presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*