L’EDUCATION CONTINUE A FRAGMENTER LA FRANCE.

Dauphine augmente ses frais de scolarité, comme l’avait fait  avant elle Science po.  L’université parisienne a décidé de fixer jusqu’à 4.000 euros par an les droits d’inscription pour une vingtaine de ses masters, contre 231 euros actuellement. L’UNEF s’alarme contre cette mesure au moment même où le gouvernement met la pression sur les grandes écoles pour les inciter à démocratiser leur accès.  

Décidément, on a beau dire mais la France des quartiers populaires a de moins en moins de chance de voir ses enfants franchir la porte de ces « écoles dites prestigieuses ».

Mais au fait, de quel prestige parlons-nous exactement si ce n’est celui de la capacité de certains parents à pouvoir financer aisément les études onéreuses de leurs enfants pas forcément plus éclairés que les autres ? Avoir des parents « élites » n’implique pas forcément que l’on ait hérité à la naissance d’une sorte de gène de l’excellence des facultés intellectuelles, transmise de manière presque divine à une catégorie qui se jugerait naturellement favorisée.  Il faut être réaliste ! Quelle sera pour l’avenir la répercussion directe de cette pratique sur l’économie française ou la capacité de la France à prendre part pleinement au challenge international ? Je peux presque prédire que cela entrainera encore plus de difficulté pour l’entreprise française à dégoter son  personnel de qualité aussi bien dans cette catégorie « d’enfants supposés prodiges » que dans celle abonnée à l’échec scolaire. C’est un fait ! La plupart de ces enfants privilégiés de la France exclusive,  (parmi les plus doués évidemment), n’aura certainement pas à s’en faire pour l’avenir, parce que de la même manière qu’elle a bénéficié de son pédigrée d’entrée aux grandes écoles, elle bénéficiera aussi de son degré de filiation pour son insertion à l’entreprise de papa ou accédera plus facilement aux concours organisés par  la Fonction Publique pour s’octroyer une longue carrière d’encadrement dans cette forteresse irrésistible. Et la masse populaire dans tout ça ? Eh bien, elle continuera à subir de longues années d’éducation au rabais dans les écoles peu fréquentables de la République pour cause de réduction budgétaire. Ce qui nous amènera tout naturellement au constat suivant : l’incapacité de la France à maintenir son rang dans la compétition internationale. Il est tout simplement improbable d’affirmer que c’est parmi cette classe privilégiée que l’on trouvera forcément le futur créateur d’entreprise française malgré le confortable patrimoine financier que lui légueront ses parents incontestablement prévoyants. Ceux qui par contre continueront à  se voir refuser l’accès au travail pour cause d’insuffisance de cursus se trouveront obligés de créer leur propre emploi. Le hic pour cette catégorie au patrimoine familiale modeste : ils ne disposeront évidemment pas de moyens financiers suffisants pour développer des structures performantes pour résister à l’énorme pression des grandes filiales internationales qui inonderont le marché français de leurs produits. Disons le plus simplement : ceux qui auront les moyens de faire ne feront pas, pour des raisons de prudence extrême liée à la conservation d’un patrimoine obligatoirement menacé pour cause d’insuffisance d’investissement (conservatisme). Les autres eux seront obligés de faire avec peu et avec autant de prudence pour ne pas perdre leur gagne pain (immobilisme). Les moins doués de cette dernière catégorie devront encore longtemps lutter pour ne pas succomber tout juste à l’instinct de survie ou basculer systématiquement dans la délinquance pour vivre confortablement ? Voilà le risque pour la France de demain. Une France ou la délinquance progressera forcément, une France qui manquera cruellement de main-d’œuvre hautement qualifiée et en insuffisance d’énergie créatrice à cause de cette fameuse tendance à vouloir à tout prix limiter les voies de la réussite à une extrême minorité de privilégiés. Une France de l’inégalité des chances.  

Alex LONY

Ce contenu a été publié dans Culture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’EDUCATION CONTINUE A FRAGMENTER LA FRANCE.

  1. Claudine dit :

    Le constat que je fais n’est guère encourageant au vu de la lecture de votre article qui décrit fidèlement la lente détérioration de l' »égalité des chances » pour tous instituée normalement au sein de la République française. Une république qui peu à peu semble sombrer dans une véritable monarchie mais d’un nouveau genre. je fais allusion à la monarchie anglaise où même là on ne retrouve pas cet aspect clanique de la société. Ceci est le résultat de la volonté d’une poignée de fortunés qui veulent faire de l’école de la République une école pour « pauvres », une école qui ne sera pas reconnue dans l’avenir et où les diplômes ne valeront rien comme, je serais tentée de dire ne valent déjà rien puisque les jeunes diplômés ne trouvent à ce jour que des emplois alimentaires je dirais, des postes de « pousseurs de cadies », « vigiles », « caissiers », « aides à domicile » et j’en passe. Non que je veuille dévaloriser ces emplois mais lorsque je pense aux sacrifices qu’ils ont fait. Serait-ce l’enseignement qui est donné dans nos institutions qui est en cause ? Il est un fait qu’aujourd’hui les « non-diplômés » ont plus de chance de trouver un emploi en rapport avec leurs compétences que leur compatriotes sur-diplômés. Alors Dauphine pour les fortunés ? Et les infortunés alors ? Devront-ils se révolter dans nos rues pour rétablir l’équilibre des chances. Affaire à suivre… Aux infos…
    Nous n’en sommes pas à un « mai 68 » près n’est-ce pas ?

  2. Urbanoptic dit :

    C’est tout à fait ça ! On a vraiment un peu le sentiment que l’on fasse tout pour écarter une catégorie de Français du carrefour de la réussite : plus précisément cette jeunesse des quartiers populaires il me semble. Comment voulons-nous que ces deux Frances puissent s’apprécier mutuellement alors même que l’on fait tout pour les opposer ? Oui c’est vrai que nous aurons à supporter cette haine grandissante entre catégories de Français qui n’ont pas plus de considération les uns pour les autres. Le pire c’est que certains individus à l’intérieur de ces familles privilégiées se rebellent et rejettent leur statut de favorisés comme par solidarité avec cette France qui galère. C’est un peu comme un suicide intellectuel révolte intériorisée contre une injustice difficilement acceptable même quand ils en sont les bénéficiaires. N’oublions jamais que parmi les injustes peuvent surgir des justes encore plus révoltés contre les injustices.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*